Emploi & digital

Se rendre visible sur Twitter avec #i4emploi

i4emploi

Parce que la recherche d’emploi passe aussi par le réseau social Twitter, Emploi Store a donné la parole à deux des membres fondateurs du collectif #i4Emploi.

Karine Lazimi, Alban Jarry, deux des membres fondateurs #i4Emploi
Karine Lazimi, Alban Jarry, deux des membres fondateurs #i4Emploi.

 

Parlez-nous du collectif et du #i4emploi que vous avez initié sur Twitter ?

Karine : #i4Emploi est un collectif de plus de 1000 influenceurs, né sur Twitter le 30 septembre 2015, pour aider à sauver une trentaine d’emplois dans une usine en Corrèze qui devait être mise en liquidation une semaine plus tard. Tout s’est enclenché à partir d’un message, envoyé sur Twitter par un élu local à Alban. Il lui demandait s’il était possible de faire quelque chose sur les réseaux sociaux pour les aider.

Alban : Sur les réseaux sociaux, il est très compliqué d’agir seul et, face à l’urgence de la situation, j’ai alors proposé à des amis (une quinzaine) dans un Groupe de discussion de Twitter – Direct Message – si nous pouvions faire quelque chose, collectivement, qui aurait suffisamment d’impact pour aider au sauvetage de ces emplois.

K : Nous nous sommes tous engagés immédiatement et en un week-end l’histoire a débuté. Nous avons très vite trouvé le nom du hashtag qui allait servir à porter nos messages : Alban a proposé « influenceurs pour l’emploi » puis Sandrine Fouillé a suggéré de le réduire à #i4emploi.

A : Une fois le hashtag trouvé le collectif s’est enclenché. Pour éveiller l’attention, nous avons à la fois utilisé la force de frappe de Twitter mais aussi de nombreux relais dans les médias et nos réseaux physiques. L’idée était de trouver parmi tous nos contacts des personnes qui pourraient être intéressées par le sauvetage de l’usine. Finalement, l’usine et ses emplois ont été sauvés un mois plus tard.

K : En parallèle, nous avons commencé à utiliser le hashtag pour aider des personnes en recherche d’emploi (CDD ou CDI) à être plus visibles, ce qui est devenu le but du collectif. Ainsi, à chaque demande, nous relayons les compétences de la personne et lui offrons de la visibilité dans nos réseaux. Rapidement, nous sommes passés de 15 à 50 puis 100, 500 et 1000 membres.

A : Aujourd’hui, les 1000 influenceurs du collectif cumulent plus de 1 million de followers et nous avons aidé plus de 350 personnes en quelques mois.

Comment cela fonctionne ? qui relaye l’information ?

 K : Au cours de ces premiers mois, nous avons expérimenté plusieurs techniques afin de voir celles qui offraient le maximum de viralité à chaque demande faite à #i4Emploi. Ainsi, depuis janvier, nous utilisons le compte @i4emploi pour faciliter la visibilité des tweets.

A : En complément, le collectif communique par des groupes de discussions qui permettent d’en améliorer son efficacité. Nous utilisons énormément les fonctionnalités de Twitter dans la « chambre secrète » que sont les Direct Messages.

K : Ensuite, c’est tout le collectif qui se mobilise. Peuvent  relayer toutes les personnes qui ont un compte dans Twitter et qui le souhaitent. Nos « influenceurs » ont de 1 à plus de 30 000 followers ! Pour être membre de #i4emploi, il suffit juste de mettre le hashtag dans sa biographie. Le principe est très simple et correspond aux usages habituels de Twitter.

A : Bien entendu, des personnes qui n’affichent pas le hashtag dans leurs biographies peuvent aussi relayer des demandeurs d’emploi qui font appel au collectif. Plus nous sommes nombreux à relayer ces demandes, plus la personne en recherche a de chances de trouver le recruteur qui va peut-être lui proposer LE travail qu’elle recherche. Nous fonctionnons selon le principe du message jeté à la mer sauf que nous avons un peu changé le paradigme en démultipliant le nombre de bouteilles. Nous avons aussi inventé le principe du « Don de RT »; l’altruisme est l’ADN de notre collectif.

Comment en bénéficier en tant que demandeur d’emploi ?

K : C’est très simple ! Il suffit d’indiquer #i4EmploiR (R pour recherche) dans sa biographie Twitter. Puis de faire des tweets en respectant un format qui permet d’avoir une résonnance maximale :  « #PleaseRT + #Poste cherché + #localisation + #i4EmploiR » en y ajoutant un lien vers un profil Linkedin ou Viadeo (afin de permettre aux recruteurs d’avoir accès au CV en ligne) et en joignant une image qui détaille les compétences.

A : L’image est le point le plus important car c’est elle qui va augmenter de façon exponentielle la viralité du message si elle est bien faite. Quelques exemples sont donnés ici 

Ensuite le collectif repère l’utilisation du hashtag #i4EmploiR et relaye l’information à ses membres pour obtenir un maximum de RT (certains sont montés à plus de 250).

Le principe est très simple et repose sur les usages de Twitter. La seule innovation est d’offrir l’accès à un réseau dont la taille est démultipliée.

Quels sont les critères pour diffuser son profil ?

K : La seule règle est qu’il faut être en recherche d’emploi de type CDD ou CDI (nous ne relayons pas les demandes de stages, les freelance ou les offres des entreprises). Nous aidons aussi ceux qui nous le demandent pour améliorer leurs profils ou images.

 A : Malheureusement, nous ne pouvons pas faire beaucoup plus car tout cela est fait le soir après nos journées de travail. Nous sommes tous des bénévoles altruistes qui donnons, un peu, de notre temps personnel en pensant que nous pouvons un peu aider dans la lutte contre le chômage.

 K : Nous nous inspirons de la légende du colibri : « Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » « Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part » . »

 A : Il faut voir #i4Emploi comme un complément de ce qui existe déjà, une nouvelle voie pour rechercher un travail. En aucun cas, #i4Emploi ne remplace les méthodes traditionnelles. Les réseaux sociaux sont une vitrine numérique pour tout professionnel, et, dans cette vitrine, #i4Emploi est un des moyens de l’embellir.

Est-ce un autre mode de recrutement basé sur l’influence des réseaux sociaux ?

A : Les réseaux sociaux sont surtout un autre mode pour valoriser les talents et pour rendre plus visible leurs compétences. #i4Emploi n’est pas là pour changer les modes de recrutements, il permet juste de mettre en avant des talents. Notre seul objectif est d’aider les personnes en recherche à avoir un réseau plus grand et d’y trouver un point de contact avec un recruteur.

K : En relayant ces personnes, nous avons un peu « uberisé » nos propres réseaux en y positionnant des tweets de personnes qui en ont besoin. Cette technique marche et est acceptée par nos lecteurs car le collectif est purement altruiste et refuse toute récupération commerciale. Nous essayons de faire comprendre qu’un retweet (RT) peut faciliter la vie de certaines personnes en recherche d’emploi.

Quels avantages en retirer ?

A : Pour le demandeur d’emploi, l’utilisation de #i4Emploi peut avoir deux types d’effets positifs. Le premier est de le mettre au centre d’une chaîne altruiste qui lui donne accès à un réseau qu’il n’aurait jamais pu constituer autrement. Caroline Bettini l’a très bien expliqué à Séverine Liénard « cette communauté d’entraide bienveillante qui ne juge pas mais qui relaie simplement et avec efficacité dans les réseaux et réseaux de réseaux ».

K : Le deuxième est de permettre à certain de retrouver un travail grâce au réseau mis en place comme a pu le faire Celia Broch « J’ai effectivement utilisé #i4emploi pour ma recherche, que j’ai découvert très récemment, qui m’a permis en fait de reposter un tweet avec le hashtag. Ça a tout changé, j’ai eu de mon côté une communauté qui, en l’espace d’une journée, m’a apporté presque 600 engagements sur ce tweet, et une dizaine de milliers de vues. Forcément ceci a été d’une grande efficacité puisque grâce à ces relais, mon employeur a vu mon CV (qui accompagnait mon tweet) et sa chargée de recrutement a pu me contacter pour un entretien. Deux semaines après, voilà le contrat signé ! »

A : Pour le collectif, chaque talent qui retrouve du travail, que ce soit directement par l’utilisation du collectif ou non, représente une immense victoire dans la lutte contre le chômage et l’exclusion.

Quels sont les retours que vous avez pu constater à ce jour ? 

K : Environ 10% des personnes qui ont fait appel au collectif ont retrouvé un travail depuis leur première demande de relais. Cependant il est très compliqué de savoir si c’est directement grâce à l’action du réseau ou par d’autres méthodes plus traditionnelles qu’elles ont pu retrouver.

A : Dans les retours que nous avons, certains nous indiquent, qu’au-delà finalement de les aider à retrouver directement un travail, le collectif les a aidé à réenclencher un dynamisme dans leur recherche et les a sortis de leur isolement.  Ayant moi-même vécu un plan social il y a 3 ans, la principale difficulté, dans cette situation, est de se sentir exclu du système. Nous avons tous des moments difficiles dans la vie et, à ces moments-là, avoir des personnes qui vous aident spontanément est d’un immense secours. Avec #i4Emploi, je redonne un peu de ce que j’ai reçu pendant cette période de ma vie.

Comment les RH et les entreprises se positionnent par rapport à ce réseau d’influence pour l’emploi ?

K : Certains affichent #i4Emploi dans leurs profils ! Au-delà de ceux-là, nous savons que beaucoup regardent les profils qui sont proposés et y détectent des talents à recruter.

A : Des entreprises utilisent aussi le hashtag pour mettre en avant leurs offres. Nous nous sommes faits de ce côté-là aussi un peu uberisés. Le collectif ne relaye pas ces tweets car nous ne voulons pas entrer dans une mise en avant de certaines entreprises ni participer à des opérations qui mettraient en avant une marque. Cependant, nous savons que des personnes en recherche d’emploi regardent par ce biais ces offres. Chacun est libre d’utiliser un hashtag comme il veut. Par contre, le compte @i4Emploi est unique. Afin de nous protéger, face à certaines tentatives d’utilisation, la marque i4emploi a été déposée.

Twitter fédère une certaine volumétrie et une typologie de profils. Quelle limite à cette expérience ?

K : Il n’y a aucune limite et beaucoup de limites à la fois. Aucune limite au niveau des types de profils, de l’âge des demandeurs d’emplois, de leurs localisations, … Les infographies, que nous avons fait, montrent cette diversité à la fois des demandeurs et des personnes qui relayent. Par contre, nous avons des limites humaines car nous essayons d’accompagner les personnes qui nous le demandent et cela prend du temps. Nous ne pouvons pas non plus relayer un volume trop important de demandes car nos réseaux ne pourraient les absorber.

A : Au-delà du réseau Twitter, #i4Emploi montre surtout que des citoyens ordinaires peuvent apporter leur aide dans la lutte contre le chômage qui est la principale préoccupation des français. Nous pensons que d’autres méthodes peuvent aider les pouvoirs publics à lutter contre ce fléau, que ces méthodes soient numériques ou non. Et que l’humain a toute sa place dans ce combat. Il serait souhaitable de déclencher un Grenelle de l’Emploi qui permettrait de faire émerger des idées novatrices sur le thème du retour à l’emploi. Dans le projet de loi travail, au-delà des discussions sur son contenu, ce qui m’a marqué, c’est qu’une seule fois le mot emploi est utilisé (dans le titre du Ministère), que le mot « chômage » est utilisé une fois pour parler des indemnités et qu’à l’inverse les mots licenciement et rupture sont utilisés 26 et 14 fois. Il serait temps d’inverser le paradigme et de penser autrement en sortant du cadre.

#I4emploi est basé sur le bénévolat et la spontanéité avec le don de RT. Emploi Store de Pôle emploi offre des «centaines d’idées pour faciliter une recherche», sous la forme de services en ligne gratuits et catégorisés.

Comment verriez-vous une coopération entre Emploi Store et i4emploi pour faire bouger les lignes de l’emploi et du recrutement ?

A : #i4Emploi est une goutte d’eau par rapport à toutes les solutions que propose Emploi Store qui donne de multiples nouvelles perspectives aux personnes en recherche. Les réseaux sociaux le montrent, le nouveau monde dans lequel nous vivons permet de passer du « je » au « nous ». Pendant longtemps les hommes ont pensé que la Terre était plate et qu’elle avait des limites. Au-delà … il y avait des précipices et nulle issue possible. Galilée est resté dans l’histoire pour avoir dit que la Terre était ronde. Avec les réseaux sociaux, nous avons découvert que les frontières n’existaient plus et qu’il était possible de communiquer avec n’importe qui sur Terre instantanément.

K : Ce qui fait la force des réseaux sociaux, c’est d’offrir de nouvelles solutions dans la mise en relation des hommes avec des entreprises. Grâce à eux la théorie des 7 poignées de main à volé en éclat. Aujourd’hui, de multiples idées émergent du monde numérique. Paul Duan travaille avec Pole Emploi pour utiliser le Big Data. L’état d’esprit du don de RT, mis en place par le collectif #i4Emploi, peut être un exemple pour mettre en place une initiative citoyenne plus large.

A : En Afrique du Sud, l’application Giraffe facilite une recherche d’emploi. #i4emploi est aussi un des nombreux moyens de raccourcir toujours plus les distances entre les personnes en recherche d’emploi et les recruteurs.

Toutes ces idées sont des compléments au travail que fait Pole Emploi tous les jours et l’Emploi Store y montre que le numérique participe aux nouvelles solutions qui permettront un jour, je l’espère, de retourner en France au plein emploi. Galilée a dit « Je n’ai jamais rencontré d’homme si ignorant qu’il n’eut quelque chose à m’apprendre. »

K : Nous avons tous quelque chose à apprendre les uns des autres pour faire bouger les lignes.

 

Retrouvez les services dédiés à la recherche d’une offre d’emploi  via Twitter

Acceder aux services

Comments 1

  1. […] Une excellente interview des fondateurs de #I4EMPLOI qui vous explique comment trouver un travail avec twitter.  […]

Les commentaires sont fermés