Emploi Store & vous

Gaétan et la passion du train, version MOOC

MOOC-ferroviaire

Gaétan a suivi le Mooc* d’Eurotunnel, une initiation gratuite aux métiers du ferroviaire, dont celui de conducteur de train. Retour sur son expérience.

Gaétan, pourquoi suivre ce Mooc* des métiers du ferroviaire d’Eurotunnel ?

Moi, j’ai la passion des trains ; je suis curieux du monde ferroviaire ; ça m’intéresse vraiment. Je suis allé faire ce Mooc des métiers du ferroviaire pour en savoir un peu plus. C’est vraiment la curiosité qui m’a guidé. Mais en fait, il s’adresse à tout le monde !

Se former Mooc eurotunnel ferroviaire

Quel avantage de suivre un Mooc ?

Le principal avantage d’un Mooc, c’est qu’on peut s’organiser. On est libre de le suivre en fonction des moments où on est le plus disponible. Bien sûr, on reste tenu par des délais : un Mooc est ouvert sur une période donnée. Mais on peut le suivre quand on le souhaite, dans les temps impartis. Et puis, avec les Moocs, on peut télécharger des supports sur sa tablette ou son mobile. Il n’y a pas de papier à gérer… Cela peut être utile, surtout quand on est dans les transports ! Cela devient simple de développer ses compétences, en toute liberté…

le Mooc, c’est apprendre autrement : je n’ai pas de papier, je n’ai pas de crayon, je n’ai pas de powerpoint à mémoriser ; j’ai des vidéos qui me montrent et qui m’expliquent

Apprendre en ligne, comment cela se passe-t-il ?

Dans un Mooc, on commence toujours par ce qui nous parle, par ce qui est proche. On part de la vie de tous les jours pour ensuite aborder des notions plus complexes. Je me suis aperçu assez vite que ce Mooc des métiers du ferroviaire était complet. Au début, on vous demande de faire des manipulations avec un petit bonhomme avec un joystick, un peu comme un jeu vidéo, pour être sûr qu’on a bien intégré tout ce qui nous a été dit sur la sécurité. Ensuite, on va approfondir avec des vidéos courtes et bien faites, faciles à comprendre.

1er Mooc des métiers du ferroviaire

Cela s’adresse-t-il à des spécialistes des métiers du ferroviaire?

Dès qu’il y a un mot technique, il est expliqué ou remis dans son contexte. Il y a des interviews de gens dont c’est le métier. C’est là où on peut se dire : pourquoi pas moi ? Si je devais me reconvertir ? Me réorienter ? Développer des compétences complémentaires ? Est-ce que cela pourrait me convenir ? A cela s’ajoutent des ressources complémentaires qui permettent d’aller encore plus loin. Dans ce Mooc*, par exemple, la documentation technique d’Eurotunnel, d’Eurocargo ou de la SNCB (l’équivalent de la SNCF en Belgique).

Gaétan, pouvez-vous nous donner un exemple d’exercice ?

Sur la 3ème semaine, j’ai beaucoup aimé un exercice qui consiste à redessiner une liaison ferroviaire de fret entre l’Ouest de l’Europe et l’Est de la Chine. Cela nous oblige à remettre les unes avec les autres les briques d’apprentissage que nous avons vues au cours des trois semaines. Cela incite à réfléchir : caractéristiques de la voie ferroviaire, poids du train, locomotive, locotracteur, traction diesel, ou non… C’est un exercice qui paraît facile, mais qui ne l’est pas tant que ça ! Une façon aussi de parfaire sa culture générale sur les trains et le monde ferroviaire ou de confirmer son intérêt professionnel pour les métiers du train.

Sur le plan professionnel, à quoi peut servir un Mooc ?

On s’aperçoit qu’on pourrait le faire dans le cadre d’un changement de carrière, d’une réorientation professionnelle. C’est l’impression que ce Mooc des métiers du ferroviaire me donne… Utiliser ses compétences différemment, les transposer, envisager des pistes professionnelles… on s’aperçoit en suivant un Mooc que c’est possible. On se dit : « Et si je devais envisager un autre métier…. ». Cela apparaît clairement lors des interviews des professionnels dont c’est le métier. Dans les vidéos, le formateur de train utilise son langage de tous les jours et parle simplement de ce qu’il fait. C’est typiquement ce qui peut donner envie de travailler dans l’univers des trains.

Cela devient simple de développer ses compétences, en toute liberté…

On apprend de façon progressive ?

Oui, tout à fait. On démarre sur du contenu simple et on évolue vers du complexe. Mais on n’est jamais perdu car tout est introduit de façon progressive. Ce Mooc des métiers du ferroviaire a quelque chose de fabuleux : il montre que c’est possible. Bien sûr, ce n’est simplement en claquant des doigts ! Mais on se dit pourquoi pas moi ? C’est possible. On peut voir à la télévision ou sur Youtube des interviews de personnes passionnées par leur métier. Mais avec le Mooc, ce que la personne peut dire sur son métier est amené de façon progressive. Et cette gradation, on ne s’en aperçoit pas ; c’est bien fait et on ne s’en rend compte qu’après coup ! Au fond, on peut arriver par hasard sur le Mooc d’Eurotunnel mais il peut aussi répondre à une volonté d’élargir ses horizons, ses pistes professionnelles.

Le Mooc, une approche novatrice pour apprendre ?

Oui, le Mooc, c’est apprendre autrement : je n’ai pas de papier, je n’ai pas de crayon, je n’ai pas de powerpoint à mémoriser ; j’ai des vidéos qui me montrent et qui m’expliquent. Et les deux intervenants du centre de formation d’Eurotunnel de ce point de vue-là sont excellents ; ils sont passionnés ; ils vivent ce qu’ils racontent. Et tout cela se complète avec le jeu vidéo du début sur la sécurité, avec des exercices plus compliqués qui nous permettent de mieux comprendre ce que nous avons appris. Et si on est vraiment intéressé par les métiers du ferroviaire, il y a des supports pour aller plus loin. On peut aussi télécharger la plupart des scripts et les revoir plus tard. C’est aussi comme ça qu’on peut se créer ainsi un fond documentaire et bien retenir le vocabulaire technique.

Et le temps ?

C’est quatre semaines, plus deux semaines complémentaires. On nous dit que c’est à peu près deux heures par semaine. Pour moi, c’est un peu plus. Si on se limite à la découverte du Mooc, par curiosité, deux heures suffisent. Mais si on se pose des questions, si on va sur le forum du Mooc, ça prend plus de temps. Chacun fait comme il l’entend. Selon son intérêt, selon sa curiosité.

Une nouvelle façon d’apprendre. D’accord, mais est-ce qu’on ne sent pas seul, face à son ordinateur ou son smartphone ?

Non, pas du tout. On ne se sent pas seul car il y a des forums. Qu’on y aille, ou non, on sait qu’il y a quelqu’un ! Pendant 4 semaines, les deux animateurs de la formation font partie du quotidien. On est content de les retrouver la semaine suivante. On sait qu’il va y avoir du nouveau. On n’éprouve pas ce sentiment de solitude. On l’a plus facilement quand on doit se retrouver dans une bibliothèque à devoir chercher seul. Mais le Mooc, c’est plutôt le contraire. On n’a pas besoin d’aller chercher des compléments à la bibliothèque. On t’apporte ce dont tu as besoin. Dans les compléments, il y a aussi des sites internet. D’ailleurs, sur l’exercice de la 3ème semaine, c’est aussi cela qui aide à comprendre et à voir tout l’intérêt de l’exercice.

Et le forum, comment ça marche ?

C’est un forum classique, avec des questions et des réponses. On peut passer par sa page Facebook ; comme on veut. On est authentifié ; c’est fluide. Moi, je suis juste allé voir les échanges, surtout sur la partie exercices. Certaines personnes sont à fond dedans ! Le forum permet d’échanger avec ses pairs, avec des personnes qui ont la même idée que nous, au même moment.

Y a-t-il une forme d’évaluation avec le Mooc ?

Oui, à chaque étape, chaque semaine, il y a une évaluation pour nous permettre de nous rendre compte si on a bien suivi, si on a fait les bons liens. Cela permet des se rendre compte si cela a fonctionné, ou pas. Pour les quiz, on a une seconde chance ! On peut en effet soumettre ses réponses une première fois ; on a une première correction avec une étiquette verte sur les bonnes réponses et une croix rouge sur les mauvaises. Cela permet de revenir en arrière, de se dire qu’on a mal écouté ou mal compris. C’est une évaluation qu’on ne ressent pas comme un jugement. Au contraire ! C’est de la bienveillance. On n’est jamais renvoyé à une impression d’échec. C’est une nouvelle forme d’évaluation ; cela change de ce dont on a l’habitude en France : rien à voir avec la mauvaise ou la bonne note !

Et ensuite ?

Cela donne envie de faire d’autres Moocs dans un secteur d’activité professionnel. J’ai vu par exemple sur l’Emploi Store le Mooc de l’Afpa sur les techniques de la cuisine. A priori, cela m’intéresse moins, mais je me dis que si ce Mooc de l’Afpa a été réalisé avec les mêmes concepts, les mêmes méthodes, cela peut permettre d’apprendre plein de choses

*MOOC : Massive Open Online Course. C’est une formation en ligne, ouverte à tous sur une période de 4 à 6 semaines, qui permet à l’internaute qui s’est inscrit de gérer son planning d’apprentissage en toute autonomie

La 1ère session du Mooc Eurotunnel se tient jusqu’au 6 mars 2016

> Voir tous les Moocs disponibles sur l’Emploi Store